C’est une constatation : il y aurait des vipères à La Baule. Le Conseil municipal qui s’est tenu ce vendredi 26 janvier a fait l’inventaire de la bio-diversité de la commune. Outre les chauves-souris qui nichent dans les troncs creux et qu’il ne faut surtout pas chasser, trois espèces de vipères ont été répertoriées.

Et c’est heureux ! Car la commune, que l’on pourrait penser dépourvue de toute fréquentation animale, est en fait un petit repère d’insectes, d’oiseaux et autres geckos magnifiques à observer. Un inventaire en « voie de distinction » !

Il est aussi une autre espèce de vipère dont Monsieur le Maire se serait bien passé : la rumeur. Et elle est tenace ! L’opposition, par l’intermédiaire de Madame English, a exprimé son indignation suite aux articles concernant la potentielle complaisance de Monsieur Louvrier à l’égard de Monsieur Rouger, son collaborateur. Ce dernier tiendrait des propos racistes sur quelques réseaux sociaux bien connus.

Ayant visiblement préparé sa réponse, Monsieur le Maire a renvoyé son interlocutrice dans ses quartiers. « Tout ce qui est excessif est insignifiant » rétorque-t-il, lui reprochant ses absences permanentes sur les manifestations bauloises et sa mission autoproclamée de veilleuse de réseaux. C’est factuel : on ne rencontre pas les citoyens de la commune en faisant un inventaire de « kidikoi » devant son ordinateur.

Etant avocate, Madame English est bien consciente que Monsieur le Maire de La Baule, n’est auteur d’aucuns des faits dont elle procède à la litanie lors du Conseil. C’est donc bien au mis en cause que ses propos s’adressent et non à ceux qui le fréquentent ou travaillent avec lui. Encore heureux ! Car avec un raisonnement pareil, nous pourrions reprocher aux journalistes qui « savaient » de s’être tus pour la fille illégitime de François Mitterrand ou à Nelson Mandela d’avoir été leader de l’ANC avant de devenir Président. Bref, faut-il ouvrir une chasse aux « cadavres dans le placard » ? …

Ainsi, une question se pose : officiellement, Madame English représente le parti « Horizons » (Edouard Philippe) pour la commune de La Baule. En y regardant de plus près, elle se fait le relais d’une gauche indigne et déshonorante. Car au final, c’est bien son parti (et son soutien à Renaissance), qui fait les frais d’une polémique à laquelle seul le concerné peut et doit donner des explications.

Lorsqu’on s’engage en politique, il faut répondre à deux mots d’ordre : bien observer tout le temps, garder le silence souvent, car dans le domaine, la fin ne justifie pas toujours les moyens…

Dans l’attente, la flamme olympique passera par La Baule pour que l’esprit du sport réconcilie grands et petits.

Cet article a 2 commentaires

  1. Antony

    Il y aurait une taupe à la mairie de La Baule ? ça alors ! C’est pas la taupe qui aurait mangé les racines de l’arbre avenue Lajarige ?
    En attendant Monsieur le maire vous allez le replanter quand cet arbre ? Vous attendez qu’un privé le face ?

  2. Herbert

    Une affaire similaire à celle de l’Hermione au Guézy : important retard sur vente VEFA. Dix mois sans que rien ne se passe… même promoteur, tout du moins son représentant, même scénario, aux mêmes méthodes les mêmes conséquences ont fini d’achever les futurs propriétaires. Piriac, Tournemine lotissement fantôme, était mentionnée en avril 2023 sur l’écho de la Presqu’île.
    Un directeur régional voulant faire diversions pointe la responsabilité des autres sans pointer la sienne.
    La folie des grandeurs n’est que l’envers de l’urbanisation croissante. Traiter la conséquence sans s’en prendre à la cause, c’est l’échec assuré.

Laisser un commentaire

Commentaires

Réseau média web

Liens utiles

Twitter