Il n’y a aucune place à l’ambiguïté au sein des membres du Conseil Municipal ce mardi 30 janvier : les marins pêcheurs peuvent compter sur leur soutien sans faille.

Monsieur le Maire, Didier Cadro, a annoncé la couleur par une pétition « mort annoncée d’un port de pêche » et un logo, affiché sur la retransmission des débats.  « La pêche représente un patrimoine historique à la Turballe » dit-il avec émotion.  « Les marins pêcheurs, et toute la filière, pâtissent des décisions de l’Union Européenne et de celles du gouvernement ».

Les choses sont très claires et l’ennemi est identifié.

Le Conseil sollicite donc la présidente de la SAEML et du syndicat mixte des ports de Loire-Atlantique, Madame Lydia Meignen, afin qu’elle apporte son soutien à la filière pêche et assure la pérennité de la criée.

« Je suis loin d’être une bernique accrochée à son rocher » atteste Monsieur Le Maire, suite aux remarques formulées par Monsieur Agenet, ce dernier appuyant sur le développement des infrastructures routières pour atteindre la Turballe lors de la pleine saison touristique. « Je suis né à la Turballe et je me battrai pour défendre les intérêts de nos pêcheurs et aussi de maintenir notre criée à flot ». Au delà de la position d’élu, les racines, ça parle !

Monsieur Thyboyeau (minorité municipale) demande comment les marins de la Turballe se mobilisent face aux actions de ceux du Croisic. Ce à quoi Monsieur Cadro répond qu’actuellement, beaucoup de marins sont partis en formation et que d’autres sont à la pêche au chalut de fond. Ils sont reconnaissants du soutien des élus, mais ces courageux pêcheurs sont donc toujours au travail, en mer.

Même si, comme le disait François Mitterrand « les vieux péchés ont de longues ombres », les divergences qui se sont installées entre les criées de La Turballe et du Croisic devraient, face à la menace, disparaître. Car c’est bien la réunion et l’entente des deux communes qui pourraient faire basculer les choses en faveur du maintien des deux criées. Les habitants ont certainement hâte de lire le rapport d’enquête sur celles-ci, et découvriront peut-être, au travers des décisions qui tomberont comme un couperet, si elles sont défendues ou condamnées.

Une pétition a déjà recueilli 1360 signatures

Cet article a 3 commentaires

  1. Martin

    Quelqu’un peut-il m’expliquer ? A l’époque de Monsieur Palladin ancien directeur des deux criées, celles-ci avaient de bons résultats. Monsieur Palladin est parti il n’y a pas si longtemps 4 ans ? que s’est il passé pour que certains envisagent de supprimer une criée ?

  2. KIOSGA

    Bonjour, la pêche professionnelle est à nouveau confrontée à une tempête de problèmes qui s’entrechoquent. La proximité des deux criées semble être le coupable idéal du moment. Cependant, ce problème est de portée nationale, car plusieurs criées en France sont en déclin… En revanche, les chiffres du Croisic sont les meilleurs de la façade Atlantique car la criée est aussi bien adaptée à l’offre qu’à la demande.
    Ps: Merci pour l’article

Laisser un commentaire

Commentaires

Réseau média web

Liens utiles

Twitter